Turkish delight

etsy_pend1Comme expliqué précédemment, je n’ai pas envie de me limiter à faire des émaux de « comme quand j’étais petit » et ai envie de tester différentes choses.
Parmi ces nombreuses envies, il y a celle de jouer avec le cuivre et ses réactions.
Le cuivre, c’est plutôt joli, d’un ton plus ou moins rose.
J’aime ses réactions à l’oxydation et ses couleurs vert de gris (j’ai un truc en test avec ça en ce moment), et j’aime sa réaction aux fortes chaleurs.
Selon l’intensité de chaleur à laquelle il va être soumis, va se déposer une couche de calamine plus ou moins importante et plus ou moins « solide ». Je le savais dans l’absolu, mais c’est sur Les instants essentiels que j’ai appris le détail.
etsybag2C’est un peu avec tout ça que j’ai créé « Turkish Delight » qui est une parure unie bleue turquoise (d’où le nom ! Ben oui, il n’y a pas de loukoum là dedans…) composée d’une bague et d’un pendentif. Les 3/4 de la surface sont émaillés et le reste se partage entre cuivre propre et cuivre calaminé. J’adore la finesse et la couleur un peu brûlée à la frontière entre l’émail et le métal.
Turkish delight est en vente ici !
(tiens, en passant, je viens de faire ma première vente ! Youpi !)

Posted in Bijoux | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Leçon d’humilité

J’ai toujours été effaré par le nombre de personnes que je connais et que je finis par dépanner, un jour, parce que leur ordinateur présente des signes de faiblesse.
« Ca rame ! »
« J’peux plus rien faire ! »
Souvent, ce sont des virus qui ont fini par s’installer, et après un bon formatage, en général, tout redevient OK. Parfois, ce sont aussi les sollicitations de pub : j’ouvre le navigateur et là, 2 voire 3 barres de recherche bidons qui servent surtout à spammer de la pub à tout va.
Bien sur, j’y vais toujours de mes petits conseils moralisateurs :
« Mais quand tu télécharges et installes un programme, ne tape pas ‘suivant’ sans lire ce que tu acceptes ! Souvent on te fait installer d’autres trucs ! Et ne télécharge pas n’importe où ! Va directement sur le site de l’éditeur, il y a moins de risques ! »
Hier, j’ai téléchargé Daemon tools, et je n’ai pas suivi mes conseils : je suis allé sur Clubic dont je n’avais pas en souvenir que c’était des empaffés.
Et là, comme un bleu, je fais « suivant » avant de réaliser que, oh merde !, j’étais peut être allé trop vite.
J’annule mais c’était trop tard… Un joyeux programme de promotions quelconque m’avait déjà changé ma page d’accueil et commençait à me pourrir la vie.
Je l’ai viré avant de relancer l’installation du programme qui m’intéressait et là, Ô surprise, j’ai réalisé que l’installation de la pourriture citée précédemment était plus que discrète : une bonne page de conditions générales, avec un beau logo qui fait sérieux et qui passait inaperçu, juste histoire que, par flemme de lire, on accepte.
Comme quoi, même après plus de 15 ans de web, on se fait encore avoir… Bye bye Clubic, j’irai faire mon marché ailleurs…

Posted in Humeurs | Tagged , , , | 1 Comment

Tribut à Soulages

Je ne vais pas mentir, lorsqu’on m’a annoncé, il y a quelques années, qu’il y aurait un musée Soulages à Rodez, j’étais très dubitatif (je le suis encore mais pour d’autres raisons).
D’abord, je ne connaissais pas Soulages, et ensuite je ne comprenais pas l’intérêt de toiles « noires ».
Puis j’ai compris le principe général de ses toiles, puis on m’a fait visiter le musée (merci Pascale :) ) et j’avoue que j’aime. J’aime beaucoup les outrenoirs, j’aime ses toiles noires avec une volée de couleur de passage, j’aime ses eaux fortes. Pour le reste, bof, mais peu importe.
etsy2Quand je me suis remis aux émaux, je n’avais pas envie de me limiter à faire ce que je faisais avant. Je voulais développer d’autres choses.  Je me suis, entre autres, dit qu’il serait marrant de donner du relief à la surface émaillée, mais un relief qui ne serait pas lié à la forme qui lui sert de support. Un relief fait entre le moment où la pièce sort du four et le moment où le verre s’est figé. Durant cette dizaine de secondes où il n’est plus liquide mais pas encore solide.
Je n’ai pas pu m’empêcher de faire le lien avec ce que j’avais vu quelques mois auparavant au musée de Rodez.
Cette série de bijoux est donc constituée de bagues, pendentifs ou boucles d’oreilles en émail noir sur un support de cuivre plat. La ligne est très sobre et très douce. Le noir, brillant, accroche la lumière.
Pour l’instant, dans la boutique, le pendentif et une bague !

Posted in Bijoux, Emaux | Tagged , , , , | Leave a comment

Ouverture de la boutique en ligne !

Ça y est, c’est parti !
Celles et ceux qui aiment mes créations peuvent en faire l’acquisition en ligne ! Ils peuvent même partager l’info avec les gens qu’ils aiment, c’est encore mieux !
On peut passer par le site (dans le menu, au dessus), ou en allant directement sur Etsy, en cliquant là.
Pourquoi la boutique s’appelle Lo Drac ?
Parce qu’en Occitanie, cela veut signifie « Le Dragon ». Bon… Cela a même plein de sens, puisqu’il y a plein de légendes autour de Lo Drac. Plus autour de l’eau que du feu, d’ailleurs. Mais le nom reste évocateur de ce feu primordial, et de la fantaisie.

Pour info, qu’on se connaisse bien, ou que vous ne fassiez que me lire sans jamais vous exprimer, je peux, si vous le souhaitez, créer des bijoux à façon : décliner dans une de vos couleurs préférées ce qui existe déjà ou même tout créer à partir de vos envies, ou idées, dans la mesure du possible !

Alors, n’hésitez pas à m’en parler !

Sachez que Lo Drac est aussi présent sur Facebook, et qu’aimer la page, c’est bien !

Posted in Bijoux, Emaux | Tagged , , | Leave a comment

Premières créations

Enfin, pas vraiment premières, puisque je redémarre à quand je m’étais arrêté, il y a à peine moins de 30 ans.
C’est pour Noël que j’ai réalisé les premiers bijoux de mon retour à l’émail.
J’avais (et j’ai encore) envie de tester différentes méthodes, différents styles, différents motifs.
J’ai toujours aimé les dessins de Cocteau et j’ai eu envie de m’en inspirer pour faire du faux cloisonné. Du cloisonné « ouvert ».

Une des technique du cloisonné consiste à poser des… mini cloisons en fil métallique pour dessiner des formes, des zones, qu’on va ensuite remplir d’émail.
J’avais envie, pour ma part, d’utiliser le fil à cloisonner pour… dessiner des motifs (dur dur de dessiner directement avec de l’émail ! Essayez de faire un dessin fin à la bougie avant de la passer au four !).
Ce n’est pas simple parce que j’ai pu constater que les fils de cuivre ne tiennent pas facilement en place. Ils peuvent bouger lorsqu’on enfourne la pièce, ou se déplacer lorsqu’ils chauffent.
Mais je ne suis pas mécontent de moi et j’ai réalisé quelques pendentifs dans cet esprit, ainsi qu’un décor pour une boite de jeux de cartes.

kingqueen

 

 

 

 

 

La théorie voudrait que je passe à la « gomme », le cuivre qui dépasse l’épaisseur de l’émail.
Encore un truc que je n’ai pas voulu faire, préférant garder ce relief supplémentaire.

Je me suis amusé à faire un tas d’autres choses, mais ça, j’en parlerai plus tard !

Posted in Bijoux | Tagged , , , | Leave a comment

Inherent Vice

inherentLe pitch officiel :
L’ex-petite amie du détective privé Doc Sportello surgit un beau jour, en lui racontant qu’elle est tombée amoureuse d’un promoteur immobilier milliardaire : elle craint que l’épouse de ce dernier et son amant ne conspirent tous les deux pour faire interner le milliardaire… Mais ce n’est pas si simple…

Effectivement, ce n’est pas si simple, et nombre de spectateurs ont aimé le film tout en se plaignant de n’avoir rien compris.
Alors, effectivement, l’intrigue est assez tortueuse (plus que complexe) et même s’il reste des choses assez floues, je pense que les gens devraient aller au ciné en branchant leurs neurones plutôt que de se consacrer à savoir où est leur pot de pop corn pour éviter de glisser la main dans le décolleté de la voisine.
Le film est tiré d’un bouquin de Pynchon, que je ne connais absolument pas, mais qui est, parait il, tout aussi complexe (plus que tortueux cette fois).
Pourquoi j’ai beaucoup aimé ce film ?
D’abord il est drôle. Certaines scènes, certains moments sont pleins de délires ou de fantaisie débridée, et il est rare de parvenir à me faire éclater de rire au cinéma.
Ensuite les acteurs sont d’une très bonne trempe. Notamment Joachin Phoenix, que j’avais envie de tarter dans Gladiator, puis appris à apprécier et aimer en tant qu’acteur.
Il campe, ici, un détective privé hippie à la fin des années 70, reprenant et explosant tous les codes du genre (vous savez, Marlowe, tout ça).
Son enquête va le balader des réacs reaganiens, annonçant la fin de la période hippie, aux nazillons et autres accros à la dope qu’il apprécie lui même beaucoup.
A tel point que, régulièrement dans le film, on se demande si la situation est réelle, imaginée, ou déformée par l’abus de substances illicites.
Les images sont belles, bien léchées, bien filmées.

Franchement ? J’ai beaucoup aimé, et, avec un peu de retard, je vous le recommande !

Posted in Cinéma, Lectures | Tagged , , , , | Leave a comment

« Pixel »

A la base, je peux dire que la danse, ce n’est pas trop mon truc.
Quant au hip hop, je pars probablement de plus loin encore.
Et pourtant, me voilà invité par ma douce et tendre à Pixel, un spectacle de danse hip hop !
Bon… Avec un titre comme ça, mon penchant pour la geekerie ne peut que me rassurer, d’autant que je suis fan de pixel art !

pixel-info83-214Nous voilà à St Maur, devant une scène sombre vaguement éclairée par des ampoules au filament jaune orangé assez vintage.
Au fond, ce qui semble être un voile.
Une musique semblant provenir d’un disque usé commence à se faire entendre tandis qu’une troupe d’hommes avance, comme au ralenti, vers les loupiotes.
Bien que la musique me plaise, les premières minutes je reste dubitatif lorsque… des lampes en question semble jaillir une fontaine de pixels. Et ça gicle, et ça gicle ! Et voilà les danseurs qui jouent avec, rejoints ou contrecarrés par d’autres danseurs qui semblent de l’autre côté de « l’écran ».
Ceux ci prennent différentes formes, et les interactions avec les danseurs, dans un sens ou dans l’autre, ne s’arrêtent pas : sur le voile, sur le sol, dans l’espace.
Durant la grosse heure du spectacle on assiste à plusieurs tableaux dont certains ne sont pas sans rappeler jeux vidéos rétros ou films. Les danseurs sont à la fois pleins de grâce et des athlètes accomplis (j’ai adoré les performances au cerceau ou en rollers). C’est original, très vivant, très moderne et magiquement plaisant !
Que vous aimiez la danse ou pas, je ne peux que vous recommander de profiter de ce magnifique spectacle !

(et un tuyau en passant : si vous choisissez votre place, privilégiez face à la scène et pas trop près de la scène pour profiter pleinement de ce qu’il s’y passe, au sol).

Posted in Lectures | Tagged , , , | Leave a comment

Les émaux

Enfant, et un peu adolescent, j’ai fait des émaux. C’était assez à la mode durant les 70’s.IMG_7285 Comme la poterie, le macramé, le tissage et tout les activités artisanales un peu créatives. D’ailleurs, ça revient beaucoup avec le scrapbooking et ses dérivés ou le DIY (Do It Yourself pour ceusses qui ne connaissent pas ;) ).
Quand il a fallu vider la maison de mes grands-parents, j’ai récupéré leur four (oui, les émaux se font dans un four…) et un peu de matériel mais, ni le temps, ni l’envie. Du coup j’avais revendu le tout sur Ebay (*regrets*).
Puis, l’an dernier, mon père m’a donné une caisse contenant mon (son) four à émaux et le matos que j’utilisais quand j’étais gamin.
IMG_7281Ma chérie, à qui j’avais offert un bijou durant cette lointaine époque m’a suggéré de m’y remettre un de ces jours et même d’installer le tout chez elle.
Ça a été chose faite en fin d’année dernière ! J’ai mon espace sur l’établi et pu remettre tout ça en chauffe après plus de 30 ans au frais !
J’ai fait quelques essais, plus ou moins heureux, et ai offert mes premières créations.
Plus j’en fais, plus je m’éclate et mon grand plaisir est de tester des techniques, des supports, des motifs.
En attendant la suite, comme j’aime bien raconter des histoires avec ce que je fais, cela fera un sujet à aborder sur ce blog qui est bien trop endormi !

Posted in Bijoux, Emaux | Tagged , , , | Leave a comment

Initiales BB

brunoQuel exercice difficile… Parvenir à aligner des mots pour rendre hommage à un homme qu’on aime.
Tu fais chier, Bruno. Et tu as choisi ton jour, en plus.
La Saint Valentin. Comme pour rappeler que l’amour, la vie, la mort, tout ça allait ensemble. Comme pour dire qu’il fallait s’aimer tant qu’il est encore temps ici.

Oui, il fait chier Bruno parce que je n’ai pas envie d’utiliser l’imparfait.
Bruno, c’est un compagnon, un voisin, un ami, que j’ai rencontré il y a 4 ans déjà ; il y a 4 ans seulement. Presque jour pour jour.
C’était pour les cantonales, et c’est à Emily que je dois de l’avoir rencontré. Merci Emily.
Qu’est ce qu’on s’est bidonné ! La campagne à vélo, la bonne bouffe, les soirées arrosées, les fous rires quand on a déliré sur l’idée d’un crématorium relié à Soulages et au réseau de chaleur pour faire un éco-quartier à Combarel !
Quelle ironie.
Et les législatives et d’autres rigolades, certaines immenses comme quand il voulait créer un nouveau mouvement, un truc qui s’appellerait le Chêne, même si c’était déjà pris par MAM, et qu’on appellerait d’abord le Gland parce qu’on démarre petit ; et la journaliste qui notait tout ça !
Puis la saloperie de crabe qui annonce son arrivée le soir où on fête mon anniversaire.
Le collectif. Le gland germait. Des rêves qui commencent à s’ancrer dans le réel.
Les cafés et les bouffes impromptues quand on se croisait au marché avec lui ou Laurence.
Les discussions politiques puis les discussions spirituelles.
Et tout le temps, en fond, la joie, les rires, les sourires, la sincérité, les valeurs, le bon vin, la bonne bouffe, l’utopie. Tout le temps.
L’utopie, oui.
Bruno est un utopiste, mais un utopiste ancré dans le sol. Les pieds dans la terre et la tête dans les étoiles. Un type qui aime où il marche, qui aime celui qu’il croise. Un type qu’on ne peut qu’aimer, même quand on n’est pas d’accord. Un type que j’aime.
Un vrai bonhomme.
Il y a aussi une vraie bonne femme qu’on ne peut qu’aimer, une bonne femme que j’aime. La sienne. Laurence.

Posted in Humeurs, Instants | Tagged , , , | Leave a comment

Mangez Shakespeare !

J’ai eu l’immense chance, avant hier, d’aller voir « l’intervention théâtrale » intitulée By Heart de Tiago Rodrigues au théâtre de la Bastille (Merci V. ! :p)
Tiago nous raconte, avec les 10 spectateurs qu’il fait venir sur scène, son histoire avec Candida, sa grand mère qui, se sachant devenir aveugle, souhaite apprendre un livre par cœur pour pouvoir continuer à le lire seule dans cette nuit perpétuelle à venir.
De cette histoire personnelle, il nous fait une histoire universelle : celle de la force et de la puissance des mots, de l’importance de la mémoire et de la beauté de savoir les beaux textes et du travail du comédien, ou du résistant, de les partager.
Il nous fait voyager en citant George Steiner (que je ne connaissais pas…), Boris Pasternak, Ray Bradbury ou encore, celui qui sera là durant tout le spectacle, William Shakespeare et quelques autres.
J’ai été particulièrement emballé parce que d’une démarche intellectuelle qui pourrait sembler vite complexe, Rodrigues a créé un spectacle très vivant, drôle, grave et enlevé.
A aucun moment, la présence de certains spectateurs sur scène n’a paru artificielle ; d’un bout à l’autre l’ensemble était cohérent, fluide, intéressant et prenant.

Je sais bien qu’il n’y a plus grand monde qui passe ici pour l’instant, après mon long silence, mais si vous êtes sur Paris et me lisez, dépêchez vous, le spectacle s’achève le 14 novembre !

Posted in Instants, Lectures, Politique | Tagged | Leave a comment